mercredi 21 septembre 2011

La crête: suite des aventures!


Voici donc la deuxième partie de nos aventures à Palaiochora, situé au sud-ouest de la Crête, à 75km de La Canée.






Sur la route entre l'aéroport d'Heraklion et Palaiochora, nous nous sommes arrêtés à Panormo, une petite station balnéaire de la côte nord. C'est certainement l'un des rares villages qui vaille le coup de s'arrêter dans cette région envahie par les usines à touristes!
La taverne Chez Giorgio et Giorgia propose une cuisine simple mais savoureuse. Nous y avons rencontré un chaton très aventureux qui n'a pas hésité à monter sur nos genoux pour obtenir un peu de nourriture...



Le centre de l'île et ses montagnes vaut vraiment le détour, même si comme nous vous n'êtes pas fans de longues randonnées. Les petits villages sont presque tous accessibles en voiture par une route goudronnée, et offrent de nombreux monastères, églises et autres curiosités à visiter.






Un des endroits qui nous a le plus marqués à Palaiochora fut sans conteste le bar Agia (prononcez "aya"), situé dans la rue principale. Le wi-fi y est gratuit et la sélection musicale très pointue à toute heure de la journée.
Le serveur nous a fait découvrir leur spécialité: le rakito, une sorte de mojito avec du raki (en fait de la tsikoudia) à la place du rhum. Ça peut sembler curieux comme mélange, mais c'est une véritable petite bombe!
L'ambiance en terrasse est très sympa, et certains soirs un dj vient mixer. 
Les prix étant très abordables (5 euros le mojito ou le rakito, 2 euros le verre d'ouzo), on a tendance à rester tard!



En bons touristes, nous avons décidé de visiter l'attraction vedette de la région, la presqu'île d'ElafonissiCette belle plage de sable blanc a la particularité d'avoir des reflets roses dus à la présence de nacre dans le sable et ses eaux bleues turquoises rappellent les couleurs des îles des Caraïbes.
Le seul inconvénient, c'est le ballet des cars et des ferrys qui déversent des touristes par centaines! Il est cependant possible de les éviter un peu en contournant l'île par l'ouest à pied (on a de l'eau jusqu'à mi-cuisse) et en s'installant tout au bout de la plage plus au calme. Ce fût une journée merveilleuse, avec le sentiment agréable d'être seuls au monde dans un véritable paradis terrestre...



La merveilleuse idée du chéri fût de commencer un carnet de voyages. Nous y avons consigné tous les endroits que nous avons visité, ce que nous avons mangé et tous les moments dont nous voulions nous rappeler plus tard.
C'est drôle de voir qu'en quelques jours seulement certains détails pouvaient nous échapper, et que grâce à ce petit carnet de route quelques mots griffonnés rapidement pouvaient faire revivre des saveurs ou des fous-rires!
A présent il nous suivra partout et j'espère très fort que nous lui feront faire le tour du monde...



Le meilleur restaurant de la ville, c'est chez Krikri. Ne cherchez pas d'enseigne, il y a juste une pancarte métallique accrochée dans les arbres qui se balance au gré du vent... Dans la rue principale un peu au-dessus des bars, il y a la terrasse principale qui est très animée. Et de l'autre côte dans une petite rue moins fréquentée vous trouverez quelques tables au calme où viennent manger les habitués, à la lumière des lampions.
Au menu, que des spécialités traditionnelles crétoises: les aubergines farcies, le stifado (ici en photo) et les dakos (les meilleurs de crête!) sont les plats que nous avons préféré parmi tous ceux que nous avons goûté.
L'accueil est très chaleureux (on nous a offert la tsikoudia presque tous les soirs!) et les prix super doux (moins de 20 euros pour deux, alcool compris).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire